A l’approche d’un long week-end qui vous poussera sûrement à mettre le nez hors de chez vous, nous avons décidé de nous lancer dans un tour de France des lieux culturels pour vous parler de nos dernières découvertes hors de Paris et sa région. Première étape de ce périple: la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. N’hésitez-pas à nous proposer vos adresses pour les prochaines étapes de notre tour de France.

Le Musée Bonnard au Canet : sur les traces d’un peintre talentueux

 

Le peintre Bonnard avait un attachement particulier au Cannet. Cette ville était pour lui une telle source d’inspiration qu’il y a peint plus de 300 oeuvres. Le musée Bonnard, niché dans un hôtel qui est l’un des derniers témoins de cette époque, retrace cet attachement entre le peintre et la ville. Vous y découvrirez en ce moment une exposition issue de la collection Zeïneb & Jean-Pierre Marcie-Rivière exposée précedémment au Musée d’Orsay. C’est donc l’occasion de faire une séance de rattrapage si vous n’avez pas eu le temps d’y aller !

Le château d’If: explorez une ancienne forteresse

 

(c) le CMN P. Berthé

Ce château a eu plusieurs vies en une ! Sa fonction initiale, que l’on devine assez facilement, est celle de forteresse. Au XVe siècle, François Ier a décidé de faire du château un endroit clé pour surveiller Marseille, couvrir les sorties et le mouillage des flottes royales. Puis quelques décennies plus tard, la forteresse s’est muée en prison mettant au placard des opposants au pouvoir. Et si le nom de cette forteresse vous dit quelque chose ce n’est pas étonnant : Alexandre Dumas en a fait le lieu de détention du héros Edmond Dantès dans Le Comte de Monte-Cristo. Bref, voilà une forteresse qui a eu une vie bien remplie.

Le trophée Auguste à la Turbie : un monument immortel

Et voilà le doyen de notre sélection ! Et pour cause: le trophée a été bâti en l’an 6 avant Jésus Christ. En quel honneur ? Pour célébrer Octave, neveu de César, à la suite de la soumission des peuples des Alpes. Majestueux, il célèbre la puissance et l’unité de l’empire romain. Comme les trophées sont traditionnellement réservés aux divinités de la victoire, il assimile Auguste à un demi-dieu, la classe ! Et comme vous vous en doutiez sûrement… la vue depuis là-haut est à tomber.