Cette semaine, nous avons trouvé encore plein d’innovations culturelles étonnantes. Au programme : une mise en abîmes muséale, un nouveau musée équipé d’un chatbot et enfin un musée qui vous trouve un sosie vieux de 2000 ans…

Et si on faisait rentrer un musée dans un autre musée ? Mais attention un musée digital ! C’est ce que propose jusqu’au 15 mai le musée de l’école de design de Rhode Island. Le musée accueille en effet le Dimoda dans ses salles, ou autrement dit le musée numérique d’Art numérique. Ce musée numérique a ouvert ses portes en 2013 à l’initiative de William Robertson et Alfredo Salazar-Caro. Le musée a été présenté à la galerie Transfert de Brookelyn en 2015 et est en téléchargement gratuit sur la page du musée. Les fondateurs ont voulu créer un lieu proposant une visite des collections numériques et virtuelles et en poussant plus loin l’expérience avec un casque de réalité virtuelle afin d’immerger le visiteur dans son expérience. Les fondateurs se veulent aussi des curateurs exigeants en ne proposant que deux expositions par an et avec seulement cinq artistes afin de proposer une expérience de grande qualité. 

Alfredo Salazar-Caro explique le projet : « Dimoda est né en 2013 avec le but de fournir aux artistes des nouveaux médias, aux artistes numériques un nouvel espace d’exposition et un terrain de jeu virtuel pour l’expérimentation sans limites. Nous voulons rendre la réalité virtuelle accessible à tout artiste qui a une idée en rapport avec cette nouvelle technologie. Nous voulons vraiment profiter de la puissance de la réalité virtuelle et nous espérons que la technologie deviendra encore plus puissante et que nous serons en mesure de pousser les limites encore plus loin ».


Le musée Anne Frank vient de mettre en ligne son chatbot. Avec ce nouvel outil l’institution souhaite fournir à ses visiteurs réels et virtuels un moyen simple et ludique de trouver les informations qu’il recherche. Le bot peut en effet aussi bien donner des informations pratiques pour préparer sa visite que raconter l’histoire d’Anne Frank et de sa famille. A travers plusieurs histoires, l’utilisateur peut découvrir la vie à Amsterdam avant la guerre, l’histoire de la famille Frank, les chiffres clés pour comprendre l’holocauste ou encore de manière générale la seconde guerre mondiale. Le musée a souhaité utilisé un chatbot car aujourd’hui plus de la moitié de leurs visiteurs ont moins de 30 ans et ils souhaitaient une manière fiable et simple d’expliquer le contexte historique et l’histoire de l’institution tout en créant une connexion avec le public. 


Dans l’antiquité qui auriez vous été ? Si vous vous posez cette question, le Musée de la Civilisation du Québec a la réponse, au moins concernant votre physique ! Pour cela il suffira d’envoyer un selfie au musée. Celui-ci, en partenariat avec le Musée d’art et d’histoire de Genève et la Fondation Gandur pour l’Art, utilisera une technologie de reconnaissance faciale dans le cadre du projet « Mon sosie a 2000 ans » pour associer des selfies à une soixantaine de sculptures. Si certaines statues sont celles d’inconnus et d’inconnues, vous pourriez bien vous retrouvez avec un double prestigieux comme Ptolémée ou Apollon ! 
Aux trente meilleurs sosies seront proposés de participer à une séance photo avec l’artiste  Francois Brunelle, célèbre pour ses portraits d’inconnus étant des sosies. Les photos seront exposé lors d’une exposition au musée en 2018.  Alors maintenant à vous de jouer !