Quoi de neuf en matière de culture et d’innovation cette semaine ? Au menu : une appli qui tracte le regard du visiteur au Louvre-Lens, la visite virtuelle d’un musée pas encore construit et une exposition d’objets connectés dont on peut prendre le contrôle à distance !

Une appli qui traque le regard du visiteur

Au Louvre-Lens a été déployé depuis le 22 mars, un nouveau dispositif afin d’étudier la perception des oeuvres d’art par les  visiteurs. Son nom: Ikonikat pour Ikonik Analysis ToolKit, son principe: permettre aux visiteurs de souligner les endroits importants, à leurs yeux, sur les tableaux grâce à une tablette. Associé à ce dispositif des caméras observent le visiteur et permettent de comprendre ses réactions. Des essais d’eye-tracking ont également vérifié si la description donnée par le visiteur correspondait réellement à ce qu’il regardait. Des questionnaires permettent également de mieux connaitre le public et de corréler les résultats de l’Ikonikat. Le but de l’expérience est de comprendre le regard du visiteur sans que la barrière de la langue ou du vocabulaire ne viennent altérer les résultats les résultats. On s’est par exemple rendu compte que les adultes et les enfants avaient souvent un ordre de lecture différent des images : pour la Laitière de Vermeer les enfants se concentraient sur l’action et notamment les mains alors que les parents passaient plus de temps sur le personnage. Il fallait pour cela un outil capable de récolter puis de traiter ces données, d’obtenir des statistiques iconométriques sur l’enchaînement des tracés et ainsi de repérer ces différences de cheminement dans la lecture de l’image. Ces tracés ouvrent donc de nouveaux champs de recherche: en sociologie, sur la réception sociale des images, et en informatique mais aussi en histoire de l’art: au PBA de Lille en 2016, cette technologie avait permis de découvrir sur un tableau un repentir  jusqu’alors inconnu des historiens de l’art mais qui attirait l’oeil des visiteurs qui ont, ainsi, collectivement percé le secret de ce repeint. 

A la découverte d’un musée qui n’existe pas encore

Le musée d’histoire naturelle de Burke dans l’état de Washington est le plus vieux musée de l’état…mais surement aussi l’un des plus moderne ! Actuellement en pleine phase de construction de ses nouveaux bâtiments qui ne sert ouvert au public qu’en juin 2019, le musée a voulu proposé, en collaboration avec son architecte Olson Kundig, une expérience unique à son personnel pour qu’il découvre le musée et les laboratoires en avant première. A l’aide d’un casque de réalité virtuelle, les scientifiques et le personnel du musée ont pu explorer leurs futurs bâtiments et donner leur avis sur la configuration des lieux et s’assurer que ceux ci correspondaient bien à leurs besoins. Cette utilisation de la réalité virtuelle permet de réfléchir en amont aux problématiques du visiteur et de cerner au mieux ses attentes. Notamment le fait que le public est souvent curieux de l’envers du décor et du travail des scientifiques dans les locaux du musée d’histoire naturelle, la réalité virtuelle semble donc une bonne piste pour offrir des nouvelles expériences aux visiteurs !


Une exposition d’objets connectés

Prendre le contrôle d’un rocher, d’une voiture, d’un ventilateur ou encore d’un buste de statue monté sur roulette ? C’est possible lors de l’exposition Avatars proposé par So Kanno et yang02 dans le Centre des Arts et des Médias de la ville japonaise de Yamaguchi. Il y a seize types d’objets de toutes tailles et chacun d’eux a des caractéristiques et des interactions propres. Les artistes ont souhaité interroger avec cette exposition notre rapport aux objets connectés et à la place qu’ils prenaient dans nos vies, spécialement à l’heure ou l’intelligence artificielle est en plein développement. Tous les objets sont équipés de caméras et de micros et peuvent être contrôlés depuis le portail web de l’exposition. Ainsi, ceux et celles qui le souhaitent peuvent visiter le site et « incarner » l’un des objets de leur choix. L’exposition, ouverte de 10 heures jusqu’à 19 heures (de 3 heures du matin jusqu’à midi à l’heure française), s’achèvera le 14 mai 2017.

Avatars from So KANNO on Vimeo.

Romain Formond